F1 : De Villota est décédée

 

La pilote Maria De Villota est décédée dans la nuit de jeudi à vendredi à Séville. Agée de 33 ans, l’Espagnole avait été victime d’un terrible accident en essais privés avec Marussia l’an dernier.
 
La nouvelle est tombée ce vendredi et a été officialisée par la police espagnole. Le corps sans vie de Maria De Villota a été retrouvé dans une chambre d’hôtel de Séville où elle devait participer à une conférence dans la journée. La pilote espagnole, âgée de 33 ans, avait fait les gros titres dans son pays l’an dernier lors de sa nomination au poste de pilote d’essais de l’écurie russe de F1 Marussia qui engageait alors en course le Français Charles Pic et l’Allemand Timo Glock. La place des femmes en F1 étant des plus réduites, sa nomination avait été très médiatisée. Fille d’Emilio De Villota, un pilote qui avait pu participer à deux Grand Prix en 1977 et avait pris la 4e place des 24 Heures du Mans 1986 au volant d’une Porsche, Maria de Villota poursuivait ainsi une carrière qui l’avait vue défendre les couleurs de l’Atletico Madrid en Superleague Formula avant d’obtenir un test en F1 avec Lotus en 2011.
 
Annoncé en mars 2012, le partenariat avec Marussia portait sur sa participation à plusieurs séances d’essais privés. Le règlement de la Formule 1 interdisant les essais sur circuit en dehors des Grand Prix, seuls quelques tests aérodynamiques en ligne droite sont possibles durant la saison. C’est au cours d’un d’entre eux que la carrière de Maria De Villota a basculé. Sur l’aérodrome de Duxford au Royaume-Uni, l’Espagnole avait, dans des circonstances mal établies, heurté un camion de l’écurie qui stationnait. Gravement blessée à la tête, hospitalisée dans un état critique, De Villota avait pu quitter l’hôpital plusieurs semaines après. Les causes de l’accident étaient restées très mystérieuses.
 
L’écurie russe, par la voix de son patron John Booth, avait rapidement écarté tout problème technique et penché pour une perte de contrôle de sa pilote. De Villota avait ensuite confié ses impressions au magazine Hola, confirmant souffrir de maux de crâne et avoir perdu les sensations de goût et d’odorat. « Je me souviens de tout, même le moment de l’impact. Quand je me suis réveillée, tout le monde était autour de moi et ils ne savaient même pas si j’allais parler, et comment j’allais parler, révélait-elle alors. J’ai commencé à parler en Anglais parce que je pensais que j’étais à un check-up de la FIA.  Puis mon père a dit: « S’il te plaît, Maria, parle espagnol, parce que ta mère ne comprend pas la moitié des choses »  et puis j’ai pris conscience de tout: de ce qui était arrivé, où j’étais et pourquoi. » La pilote y avait perdu son œil droit, devait encore subir des opérations mais assurait que le pire était derrière elle. Une autopsie devrait révéler les raisons de sa mort qui semble naturelle selon la presse espagnole. « Merci à Dieu pour l’année de plus qu’elle a passé avec nous », a déclaré sa famille dans un communiqué.
 
 
 
Source : sports.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *