String, shorty, culotte… quelle est vraiment la lingerie préférée des hommes ?

 

La lingerie, objet de tous les fantasmes et objet chouchou des publicitaires toujours ravis de placarder une femme dénudée en 4 par 3, est un éternel objet d’interrogation de la part des deux sexes. Mais qu’aiment donc les hommes ? Forme, couleur, matière, est-il réellement utile de se cisailler la raie des fesses ? Autant de questions que nous leur avons posé grâce à Menly qui, pour nous, a interrogé ses lecteurs. Résultats.
 
Question attentat de raie des fesses, bonne nouvelle… Le string a enfin été détrôné ! Croyez-le ou non, mais l’ennemi de l’entrejambe féminine, imposé depuis quelques décennies à nos mignons fessiers qui n’avaient pourtant rien demandé, semble doucement passer la main. Palmarès de la lingerie préférée des hommes :
 
1. Le shorty
Le shorty est donc le nouveau string, et c’est tant mieux ! Car s’il reste moins confortable que la culotte du dimanche (ne prenez pas cet air étonné, vous voyez très bien de quoi on parle), ce nouveau best-seller est malgré tout bien plus tendre avec la gent féminine que son illustre prédécesseur. Si 44% des interrogés ont déclaré craquer pour le shorty, prenez gare, car ils en ont une idée bien précise. Ne vous jetez donc pas sur votre boxer Snoopy, lequel a effectivement un aspect « short », car le shorty chouchou des mâles s’apparente davantage au tanga en ce sens qu’il s’arrête à mi-fesses, afin d’en dévoiler l’arrondi pour un effet sexy, et se porte de préférence en dentelles.
 
2. Le string
On ne se débarrassera pas aussi facilement de l’objet révolutionnaire qui mit fin à la quadruple fesse cisaillée dans le pantalon moulant puisque nos hommes sont encore 31% à le plébisciter. Pourtant, selon l’étude « Regards croisés Homme/Femme sur la lingerie en 2011 », la part du string dans les achats de base passe de 30 à 25% entre 2008 à 2011, signe qu’une nouvelle génération de sous-vêtements le remplace peu à peu dans les tiroirs… et dans le cœur des hommes. Tout est bien qui finit bien, donc.
 
3. Le « rien »
Grosse surprise de ce classement, le plébiscite pour le « freebuffing », cette tendance venue des States, laquelle consiste à se passer totalement de couvre-fesse. Eva Longoria l’a prouvé à Cannes : crise oblige, en 2013, on se passera carrément de culotte, pour offrir aux courants d’air son intimité (parfaitement épilée of course, laquelle ayant de grandes chances d’être offerte au regard d’autrui à un moment quelconque). Pour 18% des mâles, donc, le free-pussy, c’est sexy. En voilà une bonne nouvelle pour nos finances !
 
4. La culotte
Pauvre slop au féminin, qui fait un flop chez les mâles. Et pourtant, Dieu sait qu’on l’aime, notre bonne grosse culotte, elle qui prend bien toute la fesse (et pas que des petits bouts), couvre ce qu’on lui demande de couvrir et pose son élastique à l’endroit où le bon Dieu avait prévu qu’il le soit (au-dessus des hanches). Las, le mâle la rejette en bloc. RIP la culotte.
 
5. La gaine
Les magazines de mode nous le promettent depuis 2 ans : la lingerie rétro, c’est swag ! Pas pour tout le monde, manifestement. Parce que si l’effet Mad Men affole bien les hommes, il semble s’arrêter à la ceinture et au décolleté généreux de son héroïne. La culotte rétro qui monte jusqu’à la taille, sangle les bourrelets et écrase le ventre (le top, quoi), très peu pour eux ! Enfin si, pour un très maigre pourcentage d’entre eux. Lancez les GPS (« pour trouver homme aimant gaine, tournez à droite… ») !
 
Couleur, matière, budget et lingerie dépareillée : les chiffres qui rassurent
Et la couleur, dans tout ça, vous demandez-vous fébrilement, tâtonnant dans votre sac prête à brandir votre Visa pour un achat compulsif de shorties en solde. Toujours selon l’enquête « Regards croisés… », 2/3 des femmes se ruent sur le rouge lorsqu’elles veulent faire une petite surprise sexy à leur partenaire, persuadées d’affoler ses sens comme le toréador l’animal. Raté ! Sachez-le, un homme sur deux n’aiment pas DU TOUT la lingerie rouge (à part sur Dita Van Tees certes mais que n’aiment-ils pas qui emballe ce corps de poupée ?). Leur couleur préférée en terme de lingerie est le noir, à 47%. Puis vient le blanc virginal qui, paradoxalement, emporte la préférence de 34% d’entre eux. Moralité, ces petits êtres qui se targuent de rêver de grand frisson, de domination et de peep-show à domicile restent très classiques une fois passée la porte de la chambre conjugale.
La preuve ? Leur matière préférée reste… le coton, plébiscité à 85%. Alors là, nos fesses vous remercient, messieurs.
Autres chiffres rassurants : 57% d’entre nous portent leurs dessous dépareillés (ouf !), non tant par créativité que mangeage de culotte par tambour de machine (comment ça, ça n’existe pas, et les chaussettes célibataires, alors ?) et seulement 28% déclarent posséder un porte-jarretelle (sans qu’on sache d’ailleurs s’il croupit dans le tiroir ou frotte sensuellement la chaise de l’open-space chaque jour). Quoi qu’il en soit, plus de la moitié d’entre nous (55%) se change dès qu’elle rentre à la maison pour mettre… des vêtements de sport (glamour, quand tu nous tiens…).
Quant à notre budget annuel, il s’élève à 98€ consacrés à l’achat de sous-vêtements contre… 22€ pour les hommes !
 
 
Source : terrafemina.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *