Quatre mois avec sursis pour un bizutage qui a mal tourné

Deux militaires étaient jugés lundi à Marseille pour des faits de violence, probablement sous forme de bizutage, commis à l’encontre d’une nouvelle recrue, un sous-officier lyonnais, qui venait d’arriver à la base militaire d’Istres en octobre 2009.
 
Celui-ci avait déserté la base, deux ans plus tard. Les deux accusés ont écopé de quatre mois de prison avec sursis.
 
Source : www.lyonmag.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *